HERVE JACOB

herve-jacob.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Hervé Jacob est né le 8 avril 1966 à Calais.

C’est le cadet de la famille. Dans les rangs amateurs, il connaît le même succès que son frère Thierry. A seulement 17 ans, et à une époque où il n’existait pas de catégorie d’âge, il devient champion de France des mi-mouches (1983, 1984), puis des mouches (1985) et enfin des coqs (1986). Il sera plusieurs fois international et on parle de lui pour représenter la France aux JO de Séoul en 1988. Mais Hervé préfère passer pro.

Son premier combat chez les grands l’oppose à Eloi Kiroffo, en avril 1986. Pendant quatre ans, il enchaîne avec 24 succès consécutifs. Son regard noir et sa force de frappe l’emmènent jusqu’au championnat de France. En ce mois de mai 1990, il est opposé à Guy Bellehigue. Devant son public, le Calaisien part favori. Mais une profonde blessure au-dessus de l’œil incite l’arbitre à stopper le combat.

Deux championnats d'Europe en 1993

Le sociétaire de l’ABC repart de l’avant avec quatre succès jusqu’en novembre 1991 où, à Nîmes, et à la surprise générale, il est battu avant la limite par Boualem Belkif, son ancien sparring-partner. La grande chance d’Hervé vient en mars 1993. Par dérogation, il affronte le champion d’Europe des plumes, et ancien champion olympique, Maurizio Stecca. Le combat diffué par Antenne 2 se déroule près de chez lui, à Boulogne-sur-Mer. Bien préparé, Hervé s’impose par arrêt de l’arbitre au onzième round.

Deux mois plus tard seulement, Jacob retrouve le pugiliste italien pour une revanche. Alors qu’il mène aux points et qu’il maîtrise son sujet, il se fait cueillir par un superbe crochet à la pointe du menton. Hervé est KO. Et repart sans ceinture.

Il tente ensuite de repartir à la conquête du titre national, en super-plumes cette fois. L’aventure tourne court. Largement favori devant Jean-Michel Moulun, il s’incline avant la limite, devant son public. En ce mois de décembre 1995, Hervé vient de monter pour la dernière fois sur le ring.

Après une expérience d’entraîneur, le Calaisien regarde maintenant évoluer son fils, Anthony qui débute en amateur.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !