CHARLES HUMEZ

 

VOILA QUI ETAIT CHARLES HUMEZ

*Son palmarès amateur comprend : 330 combats, 324 victoires, 3 matches nuls et 3 défaites. Un joli record...Mais, à la mine, Humez allait établir un autre record : celui de la productivité. Sa croissance n'était pas encore tout à fait terminée.Humez possédait notamment des bras un peu faibles, grave défaut pour un boxeur. Il allait remédier à cet inconvénient d'une façon originale : il se fit faire, chez un quincaillier, Bernard. Capon, qui allait devenir son conseiller - une pelle géante, afin de charger plus vite les wagonnets de terre de mine. Grâce à cet instrument, spécial, Humez abattait une besogne trois fois supérieure à celle de ses camarades. Et cela lui permettait de fortifier ses bras et de muscler ses épaules. *Un mineur qui fait honneur au métier - Le 9 juin, à Londres, s'est déroulé le match du Couronnement. Il opposait pour le titre de champion d'Europe des poids moyens, le Britannique Handolph Turpin au Français Charles Humez. On sait qu'à l'issue des 15 reprises que comportait le combat, Turpin fut déclaré vainqueur aux points, HUMEZ n'avait certes pas atteint son objectif, mais il ne sortait nullement diminué de cette confrontation. Turpin, rappelons-le, est un des rares boxeurs à avoir triomphé du prestigieux Hay Sugar Robinson. lui ravissant ainsi, le 10 juillet 1961, le titre clé champion du monde des poids moyens. On sait aussi que Robinson prit une éclatante revanche, soixante-quatre jours plus tard, en mettant Turquin K.O au 10 ème round.

- Depuis la disparition tragique de Marcel Cerdan, depuis la retraite volontaire de Robert Villemain, depuis la fin de carrière brutale de Laurent Dauthuille, Charles Humez est incontestablement le meilleur poids moyen français. Seul Raymond Famechon, champion d'Europe des poids plume, lui disputait le titre de boxeur français n° 1. La question ne se pose plus depuis que Famechon a été victime d'un obscur accident qui a gravement compromis son avenir de pugiliste...- Humez est né le 18 mai 1927 à Méricourt (Pas-de-Calais). D'une famille de cinq enfants, le petit Charles dut travailler de bonne heure. Il était de tradition dans la famille d'être mineur. Charles fut donc mineur, à Hénin-Liètard. Mais, physiquement, Humez n'était pas encore très développé ; il avait l'air d'un garçon souffreteux. On lui conseilla de faire, du sport ; il se tourna vers la boxe.Comme il possédait d'étonnantes dispositions pour cet exercice, il s'engagea dans différentes compétitions, et obtint de nombreux succès. il débuta donc comme amateur en 1943. Deux ans plus tard, il devenait champion de France des poids légers. Chaque année il conserva son titre jusqu'en 1948. Il termina sa dernière saison amateur par la consécration mondiale en gagnant, à Chicago, la fameuse épreuve des « Gants d'Or » *69 combats-65 victoires - C'est le 26 septembre 1948, à Hénin-Liètard que Humez disputa son premier combat comme professionnel. Il battit Hezil par K.O. à. la, 3e reprise. Au cours de cette année .1948, il gagna, encore quatre autres combats, tous par K.O. En 1949, Humez dispute 22 combats. Il remporte 21 victoires, dont 11 par K.O. Il est défait aux points par le Belge Reypens. En 1950. 16 combats, 14 victoires dont 6 par K.O. Une défaite par disqualification et un résultat sans décision, un accident matériel étant survenu au ring, qui empêcha le combat de se continuer.

C'est le 4 février de cette année-là que Humez devint champion de France des poids welters, en triomphant de Kôuidri, à Alger, aux points en 15 reprises. Le 26 mai suivant, il perdait son titre devant Clavel par disqualification pour coup bas...

- En 1951,13 combats, 13 victoires, dont, 4 avant, la limite.

- Le 26 février, il triomphe de Gilbert Lavoine - aujourd'hui champion d'europe de la catégorie et reprend son litre de

champion de France des poids welters. Le 13 juin, il ajoute à Cette couronne celle de champion d'europe. Il défend victorieusement son bien contre le Belge Delmine (k.o à, la 7° reprise) et contre Langlois, devenu depuis poids moyen, comme Humez. Les pourparlers en vue du championnat du monde contre Kid Kavilan traînant en longueur, Humez décide de passer poids moyen. Il gagne son premier match dans la catégorie contre l'Italien Tiberio Mitri, le 22 octobre.

- L'année 1952 voit monter l'étoile de Humez au firmament de la boxe. Il livre 10 combats et remporte 10 victoires. Parmi ses victimes se trouvent les Américains Norman Hayes, Gène Hairston, Tony Janiro et le Français Dauthuile, qui amorça son déclin à la suite de sa défaite devant Humez.

- En 1953 : 3 combats, 2 victoires, sur Milandri et sur Harry Bos et la défaite devant Turpin... Au total, 69 combats professionnels, 65 victoires (dont 32 avant la, limite) 3 défaites... Ce qui est quand même assez impressionnant. Aujourd'hui Humez a presque atteint sa maturité physique. A 26 ans, il mesure 1 m. 75 pour un poids de 72 kg. 400. Peut-il se poser en successeur de Marcel Cerdan ? Les mois à venir nous le diront...On a dit que Humez était "méchant" dans le ring .... Simple impression, car le Nordiste possède un coeur d'or. Mais il sait que la loi du ring n'admet pas de demi-mesure. C'est un rude métier que le métier de pugiliste. Un métier presque aussi dur que celui de mineur, mais plus rentable, certes, quand on devient un champion affirmé...Marié, père d'une petite fille, Mona. Charles Humez ne veut pas ressembler, comme tant de boxeurs, à la cigale de la fable, il sait qu'il ne sera pas toujours une vedette bien payée. Demain peut survenir l'accident ou la chute... Humez a pris toutes ses dispositions pour l'avenir.

Fait de simplicité, Humez possède aussi une autre qualité : la fidélité. Car en toutes circonstances, il a su rester fidèle à ce pays de noirs corons où il a passé sa jeunesse. Et dans le « pays noir ». à Hénin-Liètard notamment, tous ses camarades mineurs rendent bien à « Charlie » la sympathie qu'il a su faire naître du temps où il travaillait « au fond »... Simple, Humez sait aussi l'être dans la défaite. Ne déclarait-il pas, à sa descente du ring de White-City, après sa défaite de justesse devant Turpin .II fallait un vainqueur. L'arbitre a désigné Turpin : C'est la loi du sport. Demain, ce sera peut-être mon tour...  Rien que pour ces paroles, Humez a bien mérité du sport et de la Mine.

14 votes. Moyenne 3.57 sur 5.

×