FREDDY SAID SKOUMA

 

FREDDIE SAID SKOUMA

Freddy Skouma est un boxeur franco marocain né le 28 août 1958 à Casablanca. Passé professionnel en 1981, il devient champion de France des poids super welters en 1983 puis échoue en championnat d'Europe l'année suivante face à Jimmy Câble.

De nouveau champion de France en 1985, il remporte à sa deuxième tentative le titre européen EBU aux dépens du boxeur suisse Enrico Scacchia le 30 novembre 1985 par KO dans le 5e round. Il conserve deux fois sa ceinture puis affronte le 25 octobre 1986 Mike McCallum, le champion du monde des super welters WBA. Skouma est arrêté par l'arbitre dans la 9e reprise.

Malgré cette défaite, Freddy Skouma obtient une seconde chance mondiale en affrontant Buster Drayton, le champion IBF de la catégorie. Le combat a lieu à Cannes le 27 mars 1987 mais il doit une nouvelle fois s'incliner avant la limite (défaite au 10e round).

De nouveau éphémère champion d'Europe des super welters en 1991, il met un terme à sa carrière en 1993. Il publiera en 2001 aux éditions Pauvert le livre "Le corps du boxeur" retraçant son parcours dans l'univers de la boxe.

REGARD DE FREDDIE SUR SON PROPRE PARCOURS:

Freddy Saïd Skouma, le punch imprévisible de ce boxeur orgueilleux, ses défis insensés et ses combats homériques contre des adversaires exceptionnels, ont marqué la boxe des années 80. En 1983, il remporte le Prix du meilleur Boxeur décerné par la BBC. Canal + lui décerne les premiers gants d’or en 1984.

Freddy Saïd Skouma a été 7 fois Champion d'Europe de Boxe, 2 fois vice champion du monde, Catégorie super welter. Il a gagné 43 combats dont 30 par KO.

En 1986, il est co-auteur du scénario All Brown ou La Libellule Noire tiré du livre du peintre Arroyo, scénario sur la rencontre entre le champion du monde de boxe des années 30 et de Jean Cocteau. Prix de la fondation GAN.

En 2001, il écrit un récit Le Corps du boxeur aux Editions Pauvert ("Le corps du boxeur est un récit sensuel et d’une simplicité bouleversante" Le journal du dimanche, avril 2001).

“Je m'approche de mon adversaire, ses yeux comme les miens fixent l'infini. J'y vois un homme bleu sur son chameau dans le désert, il lutte contre le vent. Je colle mon corps contre le sien. Il faiblit. Il ignore combien il va sentir ma présence. En boxe, il ne faut bondir sur l'ennemi qu'après l'avoir jugé. J'ai passé des heures à observer mon chat…" Freddy Skouma, Le Corps du boxeur".

7 votes. Moyenne 3.14 sur 5.