JEAN MARIE EMEBE

t2ec16j-ce9s4psmcfbrqkjesl5w-60-57.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

(Emebe a Droite)

 

 

Né le 17 août 1955 à Boalando au Cameroun, il est confronté très tôt aux dures réalités de la vie. Son père cultivateur, est victime de la polio, et ne peut plus travailler. Cette maladie aura des incidences sur l’orientation du jeune Emebe, car son père ne peut plus de ce fait, subvenir aux charges familiales. Seul garçon d’une famille, qui compte 4 filles, (les aînées de J.M Emebe), il sera contraint pour s’en sortir de rejoindre la capitale économique camerounaise, Douala. Doté d’une force physique brute et d’une sacrée dose d’énergie qui ne demande qu’à être canalisée, le sport reste pour lui la seule issue. C’est tout naturellement qu’il débute dans le judo. Le hasard se mêle dans cette aventure sportive, en lisant les pages sportives du quotidien national, il tombe sur un article consacré à son ami, Hugues Samo, qui doit livrer un combat de boxe. Le battage médiatique orchestré autour de cette manifestation va rapidement le faire changer d’avis. Il troque ainsi son kimono contre des gants de boxe, afin de connaître à son tour le nirvana médiatique. " On n’avait jamais parlé ainsi d’un judoka " se justifie Emebe.

Dans cette nouvelle discipline, il va rapidement faire parler de lui dans le championnat de boxe amateur. Il se taille ainsi une réputation de destructeur, ses combats sont brefs, généralement en deux minutes, l’adversaire est KO et ce, pendant que bon nombre de spectateurs sont encore aux portes du stade afin de se procurer du billet d’accès. Très vite, il étoffe son palmarès : 45 combats, 40 victoires, 2 nuls et 3 défaites. Champion d’Afrique des poids welters, il va ensuite décrocher en 1979 au Sénégal, le titre de Champion d’Afrique des poids moyens contre le redoutable ghanéen, Richard Ofusu alias "scorpion " par KO à la... 2ème reprise. Il est finaliste au championnat du monde militaire quelques temps plus tard.  Le sort viendra une fois de plus s’en mêler en 1976. Sélectionné aux Jeux Olympiques de Montréal en catégorie des poids moyens, le tirage au sort du premier tour doit l’opposer à l’Américain Michael Spinks, qui remportera d’ailleurs la médaille d’Or lors de ces Jeux et deviendra plus tard champion du Monde des mi-lourds. Pendant que J.M Emebe se prépare dans les vestiaires à croiser les gants face à l’Américain, il apprend à ces dépends, le retrait des pays africains des Jeux Olympiques. Et c’est la mort dans l’âme que le " hunter " (le chasseur) retourne au pays. Déçu, il passe professionnel et affiche dans la foulée 12 victoires consécutives dont 11 KO. Redouté dans le continent africain, où la puissance de ses crochets et ses uppercuts ont fini par décourager et faire fuir tous ses adversaires potentiels, ne trouvant plus d’adversaires, il décide de tenter l’aventure européenne, qui le ménera au championnat du monde face a un certain Virgil Hill .

6 votes. Moyenne 3.17 sur 5.