ENTRETIEN AVEC MAURO MARTELLI

photo2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

«Quand je boxais, je pressentais des choses. L’œil va là où on regarde, ou on veut qu’il aille.» Cela explique-t-il ce visage si intact? «Je suis un droitier, mais un faux gaucher», explique l’intéressé. «Dans les combats, je me suis toujours mis en danger volontairement, mais en une fraction de seconde grâce à une mobilité du buste extrême, je partais de l’autre côté en donnant un coup de poing qui faisait souvent mouche. C’est  peut-être pas très efficace, reste que cela m’a permis de toucher souvent, d’encaisser un minimum de coups.» Et d’ajouter: «Je donnais 300 gauches par round. Voilà pourquoi mon bras gauche est plus court que le droit. Une histoire de cal. Quand je dois m’habiller ou choisir des vêtements, cela me pose parfois des problèmes.»

Depuis 1997, Mauro Martelli est délégué médical chez Hevac, maison basée à Vouvry. «Je vends   toute sorte de matériel,  plus spécialement tout ce qui a trait à la radiologie. J’ai toujours aimé ce monde-là», souligne-t-il entre deux coups de fil. «De tout temps, le soin de mon corps a été une priorité. Quand on vient au monde, il faut prendre soin de soi. Dieu nous donne un emballage. La nutrition dirige le bien-être. La nutrithérapie est  également  un domaine qui me passionne. Les produits de la mer procurent une énergie vitale.»

La foi est un des moteurs de Mauro Martelli. «On l’a ou on ne l’a pas. Si on la possède, on peut l’assimiler à un genre de don. » Dans la boxe comme dans le full-contact qu’il a pratiqué en tout premier, il a reçu de la part des autorités de la vie un passeport de réussite. « Partout, je me suis donné à 300%. La notion de sacrifice, je ne sais pas ce que c’est. Quand vous faites ce que vous aimez, cela ne peut être que du plaisir.»
Plus il vieillit, plutôt bien, plus Mauro Martelli est à l’écoute de son corps. «Je me pèse 2 fois par jour.» Il boxe encore un peu «Avec ma fille Rommy qui a 18 ans», il nage et pas seulement que dans le bonheur. Cet homme pressé et de passions s’entretient, bien dans son squelette. «Ma maman s’est mariée à 17 ans. J’ai un organisme plus construit peut-être que d’autres grâce à la génétique des parents.» Foi de Mauro Martelli.

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

×