PARCOURS DE NASSER NEGROUCHE

photo-nn-boxe.jpg

 

 

 

Ancien boxeur amateur au Boxing-Club de Choisy-le-Roi (où mon père avait lui-même longtemps boxé dans les années 50), j’ai pratiqué ce sport pendant une dizaine d’années (approximativement entre 1980 et 1990). J’ai débuté à 11/12 ans. Je m’entraînais tous les soirs, le mercredi matin et le samedi après-midi. Toujours avec Monsieur Teissonnières. Après quatre années de boxe éducative, je suis passé amateur à 16 ans et j’ai remporté toutes les compétitions organisées à Pouchet : Challenge du 1er round, Coupe de l’Equipe, Critérium des Espoirs, Championnats de Paris, Championnats d’Ile-de-France… Sans oublier les prestigieuses Ceintures du Comité d’Ile-de-France ! Je boxais dans la catégorie des poids coqs et plumes. En 1986, à Brives, je remporte le Critérium National amateurs, fusionné avec le Championnat de France juniors cette année-là. Je décroche mon baccalauréat littéraire la même année et me lance dans des études de philosophie à la Sorbonne.

J’avais deux idoles à l’époque : Hector « Macho » Camacho, un boxeur fantasque de Porto-Rico et Emmanuel Kant, le grand philosophe allemand.  Sélectionné en Equipe de France Juniors, je commence alors à fréquenter l’INSEP à Vincennes. J’ai alors la chance, à Milan, de rencontrer un extraordinaire boxeur, champion d’Italie junior devant lequel je m’incline de peu aux points, Michele « Gentleman » Piccirillo qui deviendra quelques années plus tard (en pro) Champion d’Europe des welters, super-welters et Champion du Monde des super-welters.

Après une très enrichissante expérience américaine en 1988, dans les salles new-yorkaise, avec mon ami Samir Cherrad, excellent boxeur d’Echirolles, ex-champion de France des légers, numéro 1 européen et numéro 6 WBC, je reviens en France où je m’engage dans le Championnat de France amateur seniors. Contre toute attente, après avoir envoyé mon adversaire au tapis au 1er round (compté debout 8) et dominé le combat, je suis déclaré battu. une décision qui provoque l’indignation bruyante de la salle. Je décide alors d’arrêter la compétition et  me consacre pleinement à mes études de philosophie ( Paris IV Sorbonne) tout en poursuivant l’entraînement.

Je deviens journaliste après avoir réussi le concours d’entrée à l’Ecole des Hautes-Etudes en Sciences de l’Information et de la Communication (CELSA), une grande école de journalisme rattachée à l’Université Paris IV et située à Neuilly. Premier stage professionnel au journal l’Equipe, au service Boxe Handball Volley, le fameux BHV, sous la direction de Jean-Michel Rouet. Puis l’aventure journalistique se poursuivra à Libération, Actuel, L’Evénement du Jeudi, Le Méridional (à Marseille), France-Inter, au sein du groupe Ayache (le regretté Alain Ayache était un fin connaisseur de boxe, passionné par cet univers), La Vie des Métiers dont j’ai été le rédacteur en chef pendant 11 ans, Le Figaro-Economie, Le Monde Diplomatique, Le Canard Enchaîné… Et plein d’autres titres de la presse professionnelle, en collaboration avec mon grand ami Claude Veyrac, homme de presse et rugbyman, mais aussi grand amateur du ring et qui témoigne d’une excellente connaissance de l’histoire de la boxe parisienne et mondiale.

Je dirige aujourd’hui le cabinet de formation-conseil en communication Priorité Client tout en poursuivant mes activités dans la presse. J’ai créé ce blog, animé par mes deux passions : la boxe et le journalisme. Mais surtout parce qu’il fallait bien que quelqu’un raconte l’extraordinaire aventure humaine du Boxing-Club de Choisy-le-Roi et rende hommage à l’inestimable travail social accompli par Monsieur Julien Teissonnières et son fils Gérard pendant toutes ces années et aux nobles et rares qualités humaines de tous les boxeurs (champions reconnus ou anonymes) du club qui ont fait briller les couleurs de Choisy grâce à leur courage et à leur talent.

3 votes. Moyenne 4.00 sur 5.